Les déodorants naturels

Penchons-nous sur ce problème, il est temps de tordre le coup à ce cliché de l’écolo.
Il existe plusieurs solutions de déodorants, et il y en aura forcément une qui marche pour vous. Vous, homme ou femme. Car après de nombreux essais, nous avons réussi par trouver notre bonheur mon copain et moi. Et notre bonheur n’est pas le même, car chacun est différent ! Rappelons quand même une chose : un déodorant n’est pas un anti-transpirant. Un déodorant ne vous empêchera pas de transpirer, et c’est tant mieux : la transpiration est nécessaire, la mauvaise odeur non.

Le déodorant bio de grande surface

Deo-bio-Hibiscus-181556_L

J’ai d’abord essayé le déodorant bio de grande surface. Je ne les achète qu’en billes, ils sont souvent à 99% composés d’ingrédients naturels, et le reste de la composition est correct.
J’ai testé ceux Ushuaia, et si ça a été un temps, rapidement ça ne convenait plus. J’ai dû tenter autre chose.

Le Graal des déodorants bios : le Soap Walla

soapwalla_new pic-600x600

Tout le monde en parle sur les blogs de cosmétiques naturels en ce moment. C’est le super produit à la composition géniale, en étant un super déo 100% naturel, rempli d’huiles essentielles. Je ne l’ai pas essayé car il coûte tout de même 15€. Il dure certes longtemps, mais je n’ai pas pu me le permettre. Mon copain se l’est offert : sous forme de crème, on en étale une petite quantité sur les aisselles. Son efficacité est indéniable,mais sa peau noire est sensible et les huiles essentielles lui ont rapidement brûlé la peau. C’est un déo qu’il peut mettre de temps à autres mais certainement pas tous les jours.

Le bicarbonate de soude

bicarbonate-sodium

Un ingrédient que tout le monde possède, qui a un temps rejoint ma salle de bain. Il suffit d’en frotter un peu après la douche sur les aisselles, puis frotter le surplus avant de mettre son vêtement. Pas le plus agréable du monde, mais bon. Après coup, il faut attendre un peu avant de s’habiller car cela peut tacher les vêtements, surtout les plus foncés (coucou les auréoles blanches). Verdict : peu concluant sur moi, mais efficace sur d’autres personnes !

Le vinaigre blanc

1225715082

Encore un ingrédient que tout le monde possède sous son évier. Là encore, après la douche, il s’agit d’en frotter un peu sous ses aisselles. L’odeur part rapidement, et l’on est tranquille. Si comme le bicarbonate de soude, il a fait son effet chez certaines blogueuses, ça n’a encore une fois pas été mon cas… En fin d’après midi ce n’était déjà plus efficace.

La pierre d’alun

pierre-d-alun-120g

La fameuse ! LA solution dès qu’on tape déodorant naturel dans un moteur de recherche. C’est une pierre qu’on mouille et qu’on frotte sous les bras. Nickel, pas de déchet, facile à trouver (même en Monoprix), elle a la propriété d’être astringente et anti-bactérienne et donc de désodoriser. Mais apparemment pas sur moi…

Le gel d’aloe vera

L’idéal est d’avoir la plante chez soi et de récupérer directement le gel. Ses propriétés hydratantes ne sont plus à prouver, et il lutterait contre les odeurs naturelles. Comme pour les autres, on s’en applique un peu sous les aisselles et voilà. Il n’a pas été assez efficace sur moi.

La tranche de citron

Mon copain a essayé cette méthode. Il coupe une tranche d’un petit citron et se frotte avec. Eeeet… ça marche. Il est sportif et une petite tranche de citron est efficace ! De quoi faire de réelles économies.

Ma solution :

Bon, individuellement, ces solutions n’ont pas marché pour moi… J’ai donc décidé d’en coupler deux ensemble : tous les matins, c’est vinaigre blanc, puis une goutte d’huile essentielle de palmarosa. Plus jamais de problème ! Pourtant, j’utilise un épilateur électrique tous les jours, mes aisselles auraient donc pu être facilement irritées. Si jamais ça arrivait, je rajouterais du gel d’aloe vera tout simplement. Je pense en tous cas que si aucune des solutions citées ne marchent sur quelqu’un, il trouvera son bonheur dans l’alliance de plusieurs d’entre elles. Si un jour je suis enceinte, je changerai probablement pour vinaigre blanc/citron.

Nous avons donc réussi à trouver chacun une solution qui nous allait, sans perturbateurs endocriniens, sels aluminium ou que sais-je !

Et vous ? Allez-vous essayer une de ces solutions, ou en avez-vous déjà trouvé une autre naturelle ?

16 commentaires sur “Les déodorants naturels

  1. Super intéressant comme article, je suis moi même en pleine recherche de mon déodorant après que celui acheté en grande surface sans machins sans trucs et bio ait été fini. Pour moi, le plus efficace a été la pierre d’alun, mais il y a de nombreuses controverses en ce moment du fait que la pierre d’alun serait tout autant nocive que les sels d’aluminium des déos « classiques », qu’en penses-tu ? Je ne savais pas du tout pour le gel d’aloe vera, je pense que je vais tester comme j’en ai toujours !

    • Merci ! A priori, il existe deux pierres d’alun : une naturelle, une synthétique. La naturelle est inoffensive, pas l’autre.
      La mauvaise est la pierre d’alun d’ammonium (Ammonium alum) qui est donc fabriquée à base de sels d’ammonium issus des résidus de l’industrie chimique lourde (ça fait rêver). L’aluminium se fixe sur la peau et entre dans le corps car il n’est pas hydraté.
      L’autre, la bonne, la naturelle, est à base de potassium (Potassium alum) et comme l’aluminium est hydraté, il n’entre pas dans la peau et est éliminé avec la transpiration ou la douche.
      Il suffit donc de regarder l’étiquette 😉 Tiens moi au courant pour le gel d’aloe vera !

  2. Il faudrait que je teste aussi l’huile de coco seule avec un vieux tee-shirt (au cas où pour les tâches huileuses possible^^), il paraît que c’est efficace.
    Comme n’importe quels déos du commerce, chaque méthode a ses limites niveau efficacité selon les personnes donc il faut en effet tâtonner pas mal avant d’être satisfait 🙂
    Et c’est pas mal d’alterner, comme ça la peau ne s’y habitue pas 😉
    Là je cherche l’alternance avec le vinaigre blanc d’où mon intérêt pour l’huile de coco seule. Parce que le bicarbonate me fait un peu peur là depuis que j’ai vu la réaction sur mon fiancé^^ Mais bon une fois par semaine, ma peau supporte très bien le bicarbonate donc c’est surtout psychologique.

    • Ah ouais ? Je l’ai fait tous les jours pendant un moment et je n’ai pas eu de problèmes ! Mon copain aussi, ça n’a pas abîmé sa peau… Comme quoi !

      • Ben oui c’est bizarre, chez lui ça a vraiment été dramatique et en à peine 5 jours ! Depuis il a encore des soucis, c’est tous les 3 jours re-rouge à sang alors qu’il ne met plus rien. J’avoue que je me sens bien coupable.
        Au fait question stupide : comment tu fais pour t’épiler les aisselles tous les jours avec un épilateur électrique ? C’est pas censé repousser qu’au bout de deux semaines grand max ? 😀

        • Tout le monde est différent 🙂 et chaque poil aussi, s’ils repoussent pas tous en même temps, y en a quand même quelques uns ! Personnellement, le délire des épilations qui durent 2-4 semaines j’ai toujours cru que c’était de la science-fiction, moi c’est 2-4 jours !

  3. Huhu, oui j’ai trouvé une solution naturelle et qui (sur moi en tout cas) fonctionne parfaitement, en tout temps, et ne me coûte rien : j’ai arrêté de m’épiler ! Depuis que je garde mes poils d’aisselles, je ne sens plus rien. Oui, après avoir dansé pendant 3h, je sens un peu, mais c’est normal, et je passe sous la douche, et c’est bon. Une journée normale, je ne sens rien, même en été. Et je n’ai plus de poils incarnés. D’ailleurs, mon chevelu (non épilé également) ne sent pas non plus.

    • J’ai toujours lu que le poil retenait les odeurs, et quand je ne m’épilais pas tous les jours c’est ce que je constatais.. Tu as de la chance d’être tranquille !

      • Il y a deux sons de cloche : soit on dit que le poil retient les odeurs en effet, soit que comme la surface d’évaporation est plus grande avec des poils, l’odeur reste moins. Je ne sais pas si l’une ou les deux sont vraies, mais j’ai vraiment constaté la seconde : depuis que je garde mes poils, je transpire vraiment très peu (enfin, je transpire, mais ça s’évapore tout de suite : finie les auréoles sous les bras !), et du coup je ne sens quasi pas. Bon j’ai mon odeur corporelle (qui est assez forte d’ailleurs mais mes ami-e-s et mon chevelu l’apprécient beaucoup, et sinon je n’ai jamais eu de commentaires), mais personnellement je suis TRES sensible aux odeurs, j’ai vraiment du mal avec les fragrances non naturelles, donc j’ai tendance à préférer l’odeur naturelle d’un corps, même un peu forte, à un parfum ou un déo (au début, il est arrivé 2-3x à mon chevelu de mettre du déo, pensant être plus agréable pour moi, au contraire ! il a vite compris que je n’aime vraiment pas ça ^^). Si on sent, on se lave (je ne suis pas une maniaque accro de la propreté, et je déteste gaspiller des litres sous la douche, mais la lingette humide, c’est bien pour dépanner et éviter de se doucher toutes les 3h). Un poil propre n’est pas sale (hello captain Obvious ^^).

        (outch, désolée sur le pavé, c’est un sujet qui me tient à coeur !)

        • Oui c’est sûr que si l’on est propre y a 0 problème, mais je suis surprise d’apprendre que tu utilises des lingettes, je suppose qu’elles sont réutilisables ? Du coup, tu parles de toutes les 3h, j’imagine que c’est moins mais tu en as toujours sur toi ?

  4. J’utilise également le déo bio Ushuaia mais je n’ai pas de problèmes avec. Parfois j’oublie d’en mettre et il n’y a pas d’odeur particulière, peut être un effet du gel d’aloe vera ? Je ne savais même pas que le gel d’aloe vera pouvait avoir une incidence là-dessus. Grâce à toi je vais me pencher sur le sujet ! ^_^

    • Ah bah tant mieux pour toi ça te simplifie la vie ! Mon souci par rapport à ce dédorant c’est son packaging. J’aimerai en trouver un recyclable, ou peut être en fabriquer un moi-même : 0 déchet 😉

  5. Pareil je cherche encore la bonne recette…on a testé le mélange huile de coco+bicarbonate+fécule+he mais ça tache les vêtements clairs. Depuis j’ai tenté d’autres adaptations de cette recette, mais pas agréable à appliquer….La je suis en pose, plus besoin de déo jusqu’au printemps prochain, d’ici là, j’ai le temps d’y penser 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website