Le greenwashing, ou comment surfer sur la vague verte

Il y a une herboristerie où j’adore aller : les quelques cosmétiques qui y sont vendus sont des produits de haute qualité et à 100% naturels. Je discutais une fois avec la personne qui tient la boutique et elle m’a dit : « L’autre jour un client est venu et m’a dit qu’il aimait venir chez moi, et mon « collègue », Lush ». C’est dur à encaisser, les gens ne se rendent pas compte ». Le greenwashing a encore frappé…

 

Qu’est ce que c’est ?

Parlons cru, parlons bien : le greenwashing, c’est à quel point on se fout de votre gueule. Ni plus, ni moins. C’est prendre un produit avec une composition loin d’être naturelle, et jouer sur le packaging et les indicateurs pour que vous tombiez dans le panneau. C’est du marketing. Et ça marche très bien. En se rendant compte de ça, on se sent souvent trahit : on voulait faire un bon geste, s’orienter vers quelque chose de mieux, acheter responsable, et en fait non.

logos greenwashing

C’est simple, lorsqu’on fait ses courses, on évite de se prendre la tête. On n’est pas forcément méfiants. Du coup, une marque avec du vert, les mots « nature », les mots « sans », des fruits ou des fleurs dessus, on se dit que c’est naturel et sain. Donc on prend. Et c’est une erreur. Je vais vous montrer !

Allez hop, petit tour à Auchan

Repérons des produits qui ont l’air naturel, sans avoir de label bio.
monsavon-au-lait-100-essentielWow, c’est tout vert, et y a plein de « sans » dessus ! C’est forcément un bon produit non ? Non.

Composition
Aqua, Sodium Laureth Sulfate, Sorbitol, Sodium Chloride, Cocamidopropyl Betaine, Sine Adipe Lac, Prunus Dulcis Extract, Parfum, Citric Acid, Styrene/Acrylates Copolymer, Sodium Lactate, Benzyl Benzoate, Polyquaternium-7, Coumarin, Propylene Glycol, PEG-40 Hydrogenated Castor Oil, Linalool, Lactic Acid, Sodium Benzoate.

Alors effectivement, il n’y a pas de phenoxyethanol, paraben, colorants, ou phtalates. Mais ils contient du Sodium Laureth Sulfate et des PEG qui, s’ils contiennent du 1,4-dioxane, sont cancérigènes et peuvent rester longtemps dans l’environnement. Comment savoir s’ils en contiennent ? Impossible. Selon la Fondation David Suzuki, une étude américaine sur les produits d’hygiène et de beauté autoproclamés « naturels » ou « biologiques » (non certifiés) a révélé que le 1,4-dioxane était présent dans 46 des 100 produits analysés. Il y aurait donc 46% de chance que ce produit contienne du 1,4-dioxane et soit donc cancérigène.
Si ce produit n’en contient pas, le Sodium Laureth Sulfate reste très irritant.
Les PEG montrent une génotoxicité, propriété de certains toxiques de produire des mutations affectant le patrimoine génétique des organismes exposés (cool). Et sur peau irritée, « peuvent causer irritation et toxicité générale ». En plus, ils accélèrent la pénétration, des agents bons comme des nocifs. Miam ! Les deux autres composants en rouges sont mauvais pour la planète.
Bon, super.

On sort d’Auchan et on se balade dans la rue.

Dans quelle boutique clean entrer ? Commençons par Lush. Nombreux sont les déçus depuis que plusieurs documentaires les ont descendus de leur piédestal (comme « Gel Douche : peaux sensibles s’abstenir »). Mais, Lush n’a jamais dit être naturel. Lush n’a jamais dit être bio. Lush, ce sont des produits « frais ». Ce qui ne veut rien dire ! Pour eux, leurs « produits frais » signifient qu’ils sont faits quelques mois à l’avance. C’est tout. Après ils décorent la boutique de manière à nous suggérer qu’ils sont naturels. Mais jamais ils ne le disent… Très fort ! Du Greenwashing en puissance. Et oui, les 100% fruités partout dans le magasin, c’est du vent.

lush-ovni-pays-cosmetiques-L-2

C’est cool Lush, mais ça ne veut pas dire que tu es clean pour la planète ou notre santé #parabens
E.L.F aussi est contre les tests sur les animaux. Ils prétendent pas être naturels.

 

On rentre, on va sur internet.

On va sur internet, sur l’e-shop d’une marque célèbre… Et on prend un produit au hasard. Ils paraissent très engagés comme ça, mais attendez, quoi ?

bodyshop 3

Mis à part les composants soulignés en jaunes peu recommandés pour votre santé et interdits par les labels bios, nous avons le Tetrasodium EDTA.

D’après « La vérité sur les Cosmétiques », l’EDTA fixe les métaux lourd, et il est difficilement biodégradable. Donc il peut arriver dans notre eau potable, chargé de plein de bons métaux lourds. Et polluer les nappes phréatiques. Il est également indiqué qu’il peut très facilement être remplacé naturellement par de l’acide phytique issu du son de riz, il est donc intolérable qu’il soit utilisé ! Alors qu’on vante la protection de la planète ! Quand on clique dessus on voit qu’effectivement ils font attention au CO2 et ils plantent des arbres. La belle affaire s’ils polluent l’eau. Quand on sait qu’ils appartiennent à L’Oréal, on comprend mieux.

Comment faire ?

Pour s’en sortir la solution c’est de devenir marketing-proof. Vous voyez du vert, des fleurs, des fruits, des feuilles ? On sort le radar. Y a t-il un label ? Non ? Déjà ça sent pas bon. Vous pouvez maintenant checker la composition INCI, notamment les PEG et EDTA qui sautent aux yeux. Et on déculpabilise un peu : tout le monde s’est déjà fait avoir par le greenwashing. Le truc, c’est qu’on ne vous y reprendra plus !

Alors, vas-tu changer tes habitudes de consommation ?

9 commentaires sur “Le greenwashing, ou comment surfer sur la vague verte

  1. Il me semble que Lush tend vers l’amélioration de ses produits. Quelques produits sont maintenant « auto conservés » ce qui permet de supprimer les parabens. Ils ont une politique « Zéro déchet », on peut demander à ne pas avoir les petits emballages papiers pour les savons par exemple et les bouteilles sont récupérés par la marque en échange d’un nouveau produit et son engagé pour la préservation de la planète. Alors même si ce n’est pas une marque bio et sans « danger », je trouve ça assez « vilain » de les mettre au même plan que « The body shop » ou « Garnier » qui eux sont sans vergogne dans le marketing green pour vendre. Y a – je pense – différent niveau de green washing. Malheureusement certains tombent dans le panneau assez facilement au détour de leur supermarché.

    • Je n’ai pas été très vilaine avec Lush, mais je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas les mettre au même niveau que The Body shop ? TBS aussi a des actions mise en place au niveau éthique, de la planète, des animaux… Et pourtant !
      Y en a t-il vraiment un mieux que l’autre ? Je sais juste que quelques produits Lush ont une bonne compo, mais il faut les trouver

  2. à ta dernière question je réponds OUI mille fois oui. Déjà mes parents m’ont appris toute petite à me méfier des publicités (pas écolos pourtant, mais bon ils m’ont appris que les pubs servent à te faire acheter des produits dont tu n’as pas besoin).
    J’ai donc toujours eu un regard critique. Lush, exit en particulier 🙂

    Pour changer mon mode de consommation, en ce moment je fais énormément de trucs moi même, en cosmétique, en maquillage, en cuisine bien sur et en produits d’entretien.
    Par contre on a encore à apprendre question réduction des emballages… même si on ne prend que très peu de produits transformés, et qu’on trie, on a encore pas mal de déchets, pas de composteur encore pendant un an (location rules). Mais on y travaille !

    Merci pour ton article <3

    • Ah oui, la réduction des déchets c’est compliqué ! Moi non plus, pas possible le compost (appart étudiant rules) mais j’essaie de voir si je ne peux pas « transformer » les déchets organiques en masques capillaires ou autre… Pas toujours évident !
      Sinon, à Bordeaux il y a un magasin sans emballage qui a ouvert, ça a fait un petit buzz… Peut être que plein d’autres partout en France vont ouvrir ! On croise les doigts !
      Merci miss <3

      • Je garde pas mal de trucs aussi pour recycler en d’autres objets… les rouleaux de PQ ont de moultes vies chez moi, le carton souvent également, les bouchons de vin, papiers divers et variés…
        Pas mal de choses dans mon placard d’inspiration DIY qui attendent parfois plusieurs années avant de faire tilt 🙂

  3. Excellent, ton article ! Tu écris très bien, c’est drôle, direct et en même temps percutant (ça pourrait être un chouïa plus explicité, mais je suis perfectionniste).

    Je viens de découvrir ton blog (grâce à un comm’ que tu as laissé chez Amayoko) et je vais le suivre plus attentivement je pense 😉 Continue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website