INCI #3 : Les huiles minérales

Les huiles minérales ont été mon déclic pour passer aux cosmétiques naturels. J’étais déjà passée au naturel depuis un an pour mes cheveux, et je commençais à me préoccuper de comment je m’occupais de ma peau quand j’ai appris leur existence.

Les huiles minérales sont issues de la pétrochimie, donc du pétrole. Pour être plus précises, ce sont des composés synthétiques pouvant provenir de la distillation de la houille, du pétrole ou de certains schistes bitumineux. Elles sont très utilisées dans l’industrie mécanique, mais aussi cosmétique. Elles peuvent être fluides, ou plus ou moins solides. C’est un peu le comble pour une amoureuse de l’océan de s’étaler ça sur la figure.

deepwater-horizon-oil-spill-turtles-01_78472_990x742

Les huiles ou cires minérales portent ces doux noms plutôt transparents :

  • Paraffinum Liquidum,
  • Paraffin, Petrolatum,
  • Petrolatum jelly,
  • Cera Microcristallina,
  • Ceresin, Ozokerite,
  • Polyisobutilene

La vaseline est donc une huile minérale : c’est ce fameux petrolatum.

Très utilisées dans l’industrie cosmétique donc ? Voyons voir. Dès qu’un produit peut contenir de l’huile, alors il peut y avoir de l’huile minérale : produits visage, corps, cheveux, du maquillage à la crème solaire en passant par les produits bébé… Et dans beaucoup de pommades et produits pharmaceutiques.
D’après le site, ce produit est « 100% naturel, sans parabens, sans conservateurs et sans produits chimiques ».

 

6732_900px_100011

Composition
Mineral Oil, Coconut (Cocos Nucifera) Oil, Ricinus Communis (Castor) Seed Oil, Hydrogenated Polyisobutene, Mica, Silica, Tocopherol Acetate(VE), Retinol(VA), Titanium Dioxide (CI 77891), Iron Oxides (CI 77491, CI 77492, CI 77499), Manganese Violet (CI 77742), Mica (CI 77019).

Oui oui, effectivement, le pétrole ça vient de la nature ! Et c’est le composant majoritaire ! Mineral oil et Hydrogenated Polyisobutene. Le site nous explique les vertus de la majorité des ingrédients, dont l’huile minérale : « L’huile minérale hydrate et revitalise la peau ».

Ah bon ?

Pourtant, lorsque je fais quelques recherches, je trouve l’intérêt de son utilisation dans les cosmétiques : elle forme un film occlusif sur la peau qui empêche l’eau de sortir, donc de se déshydrater… En aucun cas elle n’hydrate ! Et pour cause, les huiles ne sont jamais hydratantes. D’ailleurs, elles ont plutôt tendance à boucher les pores du coup : comédogènes donc, elle favorise l’apparition de boutons et points noirs.
Elles sont irritantes pour la peau, et elles peuvent être très dangereuses si elles atterrissent dans votre estomac : elles ont tendance à s’accumuler dans nos organes. A éviter surtout si elles sont contenues dans tout ce que vous mettez sur vos lèvres, comme une crème visage, un baume à lèvre, du rouge à lèvres, du gloss… Et aussi dans les crèmes pour le buste, sympa si vous allaitez : une étude a déterminé que les paraffines minérales constituaient l’élément contaminant le plus important du lait maternel.
Contrairement aux huiles végétales, elles ne peuvent pas être assimilées par la peau, et donc la nourrir. On comprend mieux pourquoi souvent les baumes à lèvres ne sont pas si efficaces. Les lèvres ne produisent pas sébum, donc l’effet occlusif ne va certes pas créer de boutons sur nos lèvres, mais elle va aussi les empêcher de se réhydrater. Double peine !
Pour finir, puisqu’elles sont issue du pétrole, elles sont évidemment très très polluantes.

Pourquoi les utilise t-on alors ? Et bien, parce qu’elles permettent de rendre ferme le produit (hello rouges à lèvres !), seraient faciles à manipuler, en plus de ne pas coûter bien cher. Elles sont plus stables que leurs alter-égo végétaux, c’est à dire qu’elles tiennent mieux. Mais elles peuvent être remplacées, c’est pourquoi les labels bios les interdisent. Ainsi, on peut utiliser de la cire d’abeille pour recréer ce film occlusif, et des huiles végétales pour le reste dans les crèmes et laits.

Un ingrédient cheap, pas indispensable, dangereux et polluant donc. Cheap, et pourtant largement utilisé dans le luxe : les voyez-vous ?

img39674

Baume à lèvres Dior, dont la composition a été trouvée ici et ici.

Composition
OCTINOXATE (ETHYLHEXYLMETHOXYCINNAMATE) 7.50 %, C10-30 CHOLESTEROL/LANOSTEROL ESTERS, DIISOSTEARYL MALATE, BIS-DIGLYCERYL POLYACYLADIPATE-2, PHYTOSTERYL/OCTYLDODECYL LAUROYL GLUTAMATE, SYNTHETIC BEESWAX, DIMER DILINOLEYL DIMER DILINOLEATE, OCTYLDODECANOL, OZOKERITE, ETHYLHEXYLPALMITATE, C20-40 ALCOHOLS, POLYETHYLENE, IRVINGIA GABONENSIS KERNEL BUTTER, HYDROGENATED COCO-GLYCERIDES, DECYLOXAZOLIDINONE, TRIBEHENIN, PARFUM (FRAGRANCE), LUFFA CYLINDRICA SEED OIL, BHT, SORBITAN ISOSTEARATE, VANILLIN, TOCOPHERYL ACETATE, TOCOPHEROL, BENZYL ALCOHOL, PALMITOYL OLIGOPEPTIDE, TOCOPHEROL, PROPYLGALLATE [ /-: CI 77891 (TITANIUM DIOXIDE), CI 45380 (RED 21, RED 21 LAKE), CI 45410 (RED 27, RED 27 LAKE, RED 28 LAKE), CI 77491, CI 77492, CI 77499 (IRON OXIDES), MICA, CI 15850 (RED 6, RED 6 LAKE, RED 7, RED 7 LAKE), CI 75470 (CARMINE)].

Réponse à surligner : Ozokerite (4ème ligne)

Pour moi, que des rouges à lèvres naturels, merci !

Biokiss

Et vous ?
Connaissiez-vous l’existence de ces huiles ? Avez-vous des produits qui en contiennent ?

2 commentaires sur “INCI #3 : Les huiles minérales

  1. Franchement j’ai testé beaucoup de produits cosmétiques naturels et je dois dire que malheureusement ils m’ont tous déçus. Le résultat était soit des crèmes qui laissaient ma peau sèche ou du maquillage yeux et lèvres qui ne tenaient pas. Mais de plus en plus de grandes marques font des efforts pour minimiser les allergènes les plus importants. Je pense pas qu’on puisse éviter tout produit chimique mais les limiter oui! Je miserais donc pour ces marques pour ma part 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website